Fiche Produit

 
Angélique officinale
Angelica archangelica
 

L'angélique ou archangélique n'a pas été placée sans raison sous le parrainage des anges. Cultivée dès la fin du Moyen Age en France, cette grande et robuste Ombellifère, originaire du nord de l'Europe, n'est pas spontanée chez nous, mais elle y est de culture aisée et ses emplois sont si nombreux qu'il est nécessaire de la compter parmi les meilleures de nos bonnes herbes. Elle est voisine d'une espèce sauvage commune, l'angélique des bois, aux propriétés à peu près identiques mais moins prononcées; j'en parlerai plus loin.
Sa grande taille (parfois plus de 2 rn), ses larges feuilles deux fois découpées à folioles ovales, dentées, à pétiole engainant, et surtout son odeur particulière, très pénétrante, font reconnaître tout de suite l'archangélique. On la cultive en grand ici et là pour la confiserie, mais celle-ci la remplace de plus en plus par des succédanés colorés (céleri, pastèque à chair blanche, navet, etc.) qui teignent les cakes du commerce d'auréoles inquiétantes. Toute la plante s'utilise, des semences à la racine qui est la partie la plus active.

RÉCOLTE
Les semences se récoltent comme celles de l'aneth ; les tiges seront coupées en juin-juillet, de bon matin, et confites au plus tôt. On peut aussi les fragmenter et les mettre au séchoir, en un lieu très sec et très aéré, à l'ombre, ainsi que les feuilles qui seront, elles, cueillies avant la floraison. Les racines s'arracheront, à l'automne, des plantes âgées d'un an et laissées intactes. Elles seront tronçonnées, séchées .au soleil si le temps le permet et conservées en boîtes bien closes (voir également cidessous à "culture").

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES .
L'angélique est tonique, stimulante, .stomacbtque, expectot"4n/e. On lui reconnaît aussi.des propriétés sudortfiques, emménagogues, carminatives. Elle convient aux états d'affaiblissement les plus divers et il n'est guère de fiévreux, de convalescents, de surmenés, de dyspeptiques qui ne puissent bénéfider de son usage. Olivier de Serres ne dit-il pas qu'elle "sert à tenir la personne joyesement" ?

-Usage-
Comme la grande majorité des médicaments végétaux, l'angélique n'est pas spécifique d'un état particulier et l'ensemble de ses composants complexes stimule diverses fonctions de l'organisme qui concourent toutes, à des degrés différents, à la guérison. On ne peut pas séparer l'action de notre plante sur l'appareil digestif de ses effets conjoints-sur l'économie générale. Car l'angélique active l'ensemble des sécrétions; cutanées, rénales, etc., favorise le travail musculaire, l'équilibre et l'énergie nerveux. L'inappétence par asthénie générale (convalescence, etc.) ou d'origine psychique est progressivement surmontée, le travail digestif est facilité, régularisé, les fermentations se dissipent. La plante est donc particulièrement conseillée aux nerveux sujets aux troubles de la digestion (crampes, aérophagie, ballonnements, hyperacidité, etc.) et qui abusent souvent de drogues suspectes. En cas de -migraines d'origine digestive, de spasmes gastriqUeS, on peut lui associer le ményanthe comme suit :. ményanthe (plante entiërè), une bonne pincée; angélique (racine de préférence), 10 à 15 g ; pour 1 litre d'eau bouillante; infuser 1/2 heure; 1 tasse après chaque repas. Quand il s'agit de relever le tonus général de l'organisme, l'angélique peut s'accompagner d'autres amers: gentiane, petite centau-
rée, achillée, armoises, etc .
• Usage béchique-expectoraot
Ce que j'ai dit plus haut à propos de la diffusion des bienfaits de l'angélique à tout l'organisme doit être aussi retenu si l'on cherche à expliquer ses effets salutaires dans les affections de l'appareil respiratoire. Les bronchites et, en adjuvant, les pleurésies, les pneumonies, l'asthme nerveux, bénéficient de son emploi sous forme d'infusion à 1-1,5 0/0. Si nécessaire, on l'associera au marrube blanc dans une infusion ainsi dosée: racine d'angélique, 10 à 15 g , sommités fleuries de marrube. 5 g ; pour llitre d'eau bouillante ; infuser 10 à 15 mn ; 3 à 4 tasses par jour; sucrer au miel (très amer). Les malades et les bien-portants appré-
cient ce punch d'angélique:
racines d'angélique émincées: 30 g
eau-de-vie: 4 cl
sucre: 100 g
eau bouillante: 11 jus de citron et zeste.
Quand on possède un jardin, il est préférable d'utiliser
l'angélique fraîche (tige et racine), tant pour sa saveur plus prononcée que pour ses propriétés intactes. La racine des pieds de première année peut être récoltée tout l'hiver.

USAGES DIVERS
Après avoir figuré, autrefois, dans une foule de médica-
ments charlatanesques, que ce soit l'élixir pestilentiel de crollius, la fleur des cordiaux de Batœus,ou l'eau céleste de Sylvius Déléboé, l'angélique est surtout connue de nos jours par l'usage qu'en font la confiserie et la liquoristerie. Elle entre dans la composition de l'eau de mélisse des Carmes, de la bénédictine, de la chartreuse, etc. Je me contenterai de .donner ici quelques recettes à la portée
de la pratique domestique.


• Manière de confiture d'angélique
_ Prenez des tiges fraîches bien mondées, coupez-les en morceaux d'une dizaine de centimètres, jetez-les dans l'eau bouillante et laissez-les bouillir 1/2 heure; puis retirez-les, égouttez-les et enlevez avec précaution les filaments _de la surface. Ceci fait, remettez à ébullition jusqu'à ce que les tiges paraissent tendres sous la pression des doigts. ; elles auront alors blanchi et si vous voulez les faire reverdir, jetez une poignée de sel dans Veau avant de les retirer. Passez alors les tiges à l'eau fraîche, égouttez-les et remettez-les au feu dans un sirop qui doit contenir leur poids de sucre ; faites bouillir à gros bouillons pendant 1/2 heure puis versez le tout dans une terrine. Le lendemain, séparez le sirop, faites-le bouillir à .part et _ jetez-le sut-les. tiges ; cela pendant 3 jours. consécutifs. Enfin,.fa~ Sécher à l'étuve les morceaux saupoudrés de sucre que vous conserverez dans
. des boîtes bien closes (ou placez ... les .dans des vases. de grès en les recouvrant de sirop bien cuit: l'angélique pourra-s'y conserver des années sans rien perdre de son arôme) .
• Liqueur d' angélique (digestive et apéritive)
Il en existe de nombreuses recettes, en voici une : tiges . vertes d'angélique coupées en morceaux : 50 g muscade râpée : 1,5 g
Cannelle râpée: 1,; s
bonne eau-de-vie :'1,250 1.
sucre 1 kg
eau-de-source : 1/2 l. _
Faites d'abord macérer l'angélique, la muscade et la cannelle dans l'eau-de-vie 5 jours après, ajoutez J'eau et le sucre mélangés au-préalable en sirop; laissez macérer encore pendant 8 jours,filtrez et conservez en flacons bien bouchés et- tenus au frais. Cette Liqueur est excellente .dans les troubles digestifs cités plus haut, à des doses évidemment modérées.

D'autres recettes conseillent d'utiliser la semence
d'angélique associée aux graines de fenouil et d'anis ou de faire macérer à parts égales des tiges fraîches d'angélique et des amandes amères pilées (proportions du sirop et de l'alcool comme ci-dessus), Cette dernière liqueur est peut-être délicieuse mais je ne la conseillerai pas: l'amande amère doit sa saveur à un poison redoutable, l'acide cyanhydrique, qui a quelquefois rendu toxique l'innocent macaron des pâtissiers. Comme pour toutes les recettes de liqueurs, je crois qu'il est bon de savoir improviser ; en procédant à des essais avec des volumes restreints d'eau-de-vie (toujours chère), tout amateur attentif doit arriver à créer de délicieux élixirs, se souvenant toutefois des déboires du brave père Gaucher!
Les Lapons et les Islandais consomment l'angélique bouillie dans-du lait en guise de'légume. Dans leur pays, la plante est fort commune et atteint une taille élevée.

CULTURE
Si vous voulez utiliser l'angélique, il est à peu près indis-
pensable de la cultiver car, fraîche, elle est introuvable.
L'angélique demande un sol frais, très meuble, non argileux, bien exposé. Préparez le terrain en plusieurs bêchages ou à la houe, en écrasant bien les mottes jusqu'à 20 cm de profondeur. Au dernier labour, fumez de terreau ou de compost bien consommé. Le fumier frais donne un mauvais goût à la plante et la fait monter trop vite en graine. On sème dru en pépinière de pleine terre, soit en mars, soit en septembre; dans ce dernier cas, qui est préférable, on terreaute légèrement et l'on transplante, au printemps suivant, les plus beaux pieds (de la grosseur du doigt), en les espaçant d'au moins 1 m dans tous les sens, dans une terre identique à celle de la pépinière. L'angélique demande des arrosages fréquents, en cas de sécheresse, et des binages répétés, La première année, on ne cueille que les feuilles, respectant la tige centrale qui donnera une seconde récolte la deuxième année (recouvrir la terre d'un peu de terreau après le flétrissement de la plante). L'angélique meurt la troisième année. Il faut récolter ses graines à maturité et les semer presque aussi­tôt car elles perdent vite leurs facultés germinatives. Les maisons d'horticulture en fournissent du plant.

Created by Readiris, Copyright IRIS 2005  Created by Readiris, Copyright IRIS 2005
© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes