Fiche Produit

 
Berce
Heracleum sphondylium
 

Cette belle plante, de la taille de l'angélique des bois (elle atteint 1,50 m, parfois plus), est commune dans les lieux frais, les prairies, au bord des routes, dans les clairières, de la plaine à l'étage montagnard. On la reconnaîtra" à ses grandes feuilles (jusqu'à 60 cm), composées de 3-7 larges folioles très irrégulièrement lobées-dentées, ondulées, poilues sur les deux faces, la supérieure verte et sombre, l'inférieure veloutée-grisâtre, à gros pétiole ouvert à la base en gaine rougeâtre embrassant la tige ; celle-ci, robuste, creuse, profondément cannelée et très velue-hérissée. Les grandes ombelles, à 15-30 rayons de taille souvent inégale, portent des fleurs généralement blanches, parfois rosées ; celles du pourtour de l'ombelle sont bien plus grandes que les autres et leurs pétales sont échancrés en V ; les fruits sont ovales, aplatis et bordés d'une aile étroite. La berce, plante variable, comprend en Europe neuf sous-espèces dont les propriétés seraient voisines. Il est préférable d'utiliser cependant la plus répandue d'entre elles, la sous-espèce sphondylium, à laquelle s'applique la description ci-dessus. La plante est bisannuelle (ou, parfois, brièvement vivace) et fleurit l'été de la deuxième année.
On utilise la racine, les feuilles et les semences. On récolte la première de préférence au début du printemps, les semences à maturité; les feuilles s'emploient plutôt à l'état frais. Choisissez les plantes des lieux les moins humides.
• Famille d'abord difficile, aux nombreuses espèces toxiques, les Ombellifères appellent la prudence : le recours aux flores détaillées est indispensable.

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES
• Usage interne
La berce, appelée autrefois branc-ursine ("Patte d'ours"), dont Cazin disait déjà qu'elle méritait d'être étudiée, a été, voici quelques années, tirée du sommeil par des expérimentateurs modernes, dont le Dr Leclerc. Ce dernier a reconnu à la plante de nettes vertus aphrodisiaques qu'il a mises à profit avec succès dans plusieurs cas d'asthénie génésique (alcoolature des fruits, à fairemacérer dans leur poids d'alcool à 90° pendant 8 jours; agiter de temps en temps ; passer et filtrer ; 50 gouttes 3 fois par jour). La racine, en décoction à 20 g par litre, a servi de vermifuge et de remède des dyspepsies. Les recherches récentes du Pr R. Paris conduisent cependant à des perspectives plus intéressantes: la teinture des semences diluée dans du sérum physiologique s'est en effet montrée une bypotensiue remarquable (10 gouttes 3 fois par jour, dans l'hypertension). D'autres indications anciennes, tant comme antirhumatismale (emploi populaire de la racine dans l'arthrite déformante) que comme antiseptique urinaire (fruits), restent à vérifier (et la berce n'est pas le plus mal connu des simples O.
• Usage externe
La berce a été employée, dans les campagnes, comme résolutive (feuilles et racine fraîches broyées) et s'est montrée efficace sur les abcès, les engorgements lymphatiques, les furoncles, les ulcères, les piqûres d'insectes.
USAGES DIVERS
Acre et même un peu caustique, la berce a pourtant des usages alimentaires: cuites à l'eau, les jeunes pousses et feuilles font un légume savoureux. Ne récoltez que les plantes des sols non humides. Riche en sucre, la moelle des tiges est consommée en Sibérie, séchée et réduite en farine. La tige, les pétioles, les semences, après ébullition dans l'eau, ont servi, dans tout le Nord de l'Europe et jusqu'en Asie septentrionale, à fabriquer une sorte de bière acide (le pars! ou bartsh des Polonais, qui serait à l'origine du mot berce) par fermentation dans un tonneau : "Si on accumule les tiges et les pétioles brisés dans un tonneau et qu'on verse de l'eau pour couvrir le tout, après un mois de fermentation on en retire une masse d'un goût aigrelet, et assez agréable", dit Thore en 1803. De ce marc on tirait une liqueur très enivrante qui, selon Steller, jette dans la mélancolie, procure des songes affligeants, et affaiblit beaucoup. Bosc, qui a expérimenté un certain nombre de ces recettes, nous dit (1822) : ''J'ai désiré imiter les Kamtschatkales dans les préparations de la berce branc-ursine ; mais je n'ai pas réussi à en rendre les pétioles agréables et à en composer une liqueur potable." Essayez; la plante est commune un peu partout.



© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes