Fiche Produit

 
Camomille romaine
Chamaemelum nobile
 

Décrite en partie dans le tableau ci-dessus, la camomille romaine est une plante vivace d'un vert blanchâtre, à tiges faibles de 10 à 30 cm, souvent couchées à la base. Son parfum est agréable et pénétrant. Elle croît naturellement dans la partie ouest de la France, surtout dans les moissons et dans les lieux sableux des régions maritimes. Elle est rare ou très rare ailleurs. On la cultive souvent dans les jardins où ses capitules sont généralement "doubles", c'est-à-dire composés en majeure partie de fleurs ligulées blanches ; ils prennent alors un aspect de petits pompons. Elle fleurit tout l'été, mais on doit récolter les capitules au début de la floraison en juin-juillet, avant qu'ils ne soient bien ouverts, par un beau temps bien sec. On les sèche à l'ombre le plus rapidement possible. La camomille cultivée est moins efficace que la plante sauvage.

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES
Les vertus de cette plante sont fort nombreuses. Thore (1802) les résume assez bien en disant qu'elle "possède, à un degré éminent, toutes les vertus des camomilles (qui) sont la consolation des hypocondriaques, des hystériques, de tous ceux, enfin, dont les forces digestives sont affaiblies". La camomille est principalement tonique, stimulante, stomachique, antispasmodique, analgésique et fébrifuge. A l'extérieur, elle se montre antiseptique ei anti-
inflammatoire.
• Usage tonique-stomachique
L'infusion de camomille, prise non sucrée 1/2 heure au plus tôt avant les repas (1 c. à dessert de fleurs sèches pour 150 g d'eau bouillante; infuser 10 mn, au besoin avec 1 pincée de plante aromatique, anis vert ou menthe), est un excellent apéritif recommandé aux personnes sans appétit, sujettes aux digestions difficiles, aux spasmes des voies digestives, à la constipation ou à la diarrhée par atonie intestinale, dans l'insuffisance biliaire et la paresse de la vésicule. Il est déconseillé de boire cette infusion après les repas, comme le font tant de personnes âgées : la plante, par son action sur les muqueuses internes dont elle active les sécrétions et calme les spasmes,. doit en effet trouver le champ libre pour le préparer à l'invasion alimentaire. Une tasse de camomille peut calmer les vomissements nerveux;
Contre les vers des enfants, J. Roques (1837) recommande chaleureusement la médication suivante : faire bouillir et laisser infuser 1/4 d'heure une pincée de fleurs de camomille dans 120 g d'eau (1 tasse à thé moyenne); passer; ajouter un petit morceau de sucre, une petite cuillerée de jus de citron et une bonne cuillerée d'huile d'olive. A prendre en deux fois .
• Usage antispasmodique-analgésique
Si la camomille calme les spasmes des voies digestives, elle est aussi très efficace dans les névralgies, spécialement faciales, dans les migraines, les douleurs fébriles des grippes. Prendre l'infusion à la dose ci-dessus, loin des repas, ou, mieux, la poudre de fleurs à la dose journalière de 4 g (8 cachets), à prendre de 4 heures en 4 heures, de préférence en cachets (pharmacies) ou dans de la confiture. (Broyer 4 g de fleurs au moulin à café électrique ou au mortier de bois avec la quantité de sucre nécessaire pour les pulvériser Cette méthode est utilisable pour toutes les poudres de fleurs sèches.)
• Usage fébrifuge
Les anciens médecins ont souvent prescrit avec succès la camomille dans le traitement du paludisme et des fièvres périodiques en général. Cazin, qui exerça pendant plus de vingt ans dans les régions déshéritées des Flandres maritimes, où les marais entretenaient des maladies infectieuses de toutes sortes, n'a prescrit que les fébrifuges indigènes qu'il avait sous la main et la camomille lui a toujours donné de bons résultats (il l'associait fréquemment à des plantes douées de propriétés voisines). On emploiera ici l'infusion de 5 à 10 g de fleurs sèches pour 1 litre d'eau bouillante; laisser en contact une heure et ajouter, pour masquer l'amertume, un peu de réglisse ou d'anis vert ; 2 à 3 tasses par jour. Cette même infusion, associée à la piloselle fraîche (diurétique), est très indiquée dans les grippes ; on peut aussi infuser simultanément lOg de feuilles de bourrache sèches et 3 cuillerées à soupe de fleurs de camomille pour 1 litre d'eau (3-4 tasses par jour).
N.B. : A doses trop élevées, la camomille devient vomitive ; les réduire à la moindre indisposition.
• Usage externe
L'infusion concentrée de camomille a donné de très bons résultats dans le traitement des plates, des panaris, des ulcères des jambes, des inflammations diverses (aphtes, ulcérations de la bouche, gerçures, coups de soleil, etc.), L'usage en collyre (infusion à 1 %) dans les conjonctivites et les inflammations des paupières est bien connu et justifié. "Le bain auquel l'on met abondance de camomille est singulier pour renforcer les membres débilitez, adoucir les joinctures des bras et jambes, adoucir les reins et les nerfs", dit o. de Serres. Ces bains sont salutaires aux affaiblis, aux enfants souffreteux, aux rhumatisants. On peut y ajouter sauge, origan et serpolet. L'huile de camomille, obtenue en faisant macérer au bain-marie, pendant 2 heures, 50 g de fleurs dans 1/2 litre d'huile d'olive, sera utilisée en friction sur les entorses, les foulures, les douleurs de la goutte et des rhumatismes. La camomille, enfin, est réputée pour entretenir la blondeur des cheveux qui s'assombrissent, pour éclaircir les cheveux blonds. On utilisera l'infusion concentrée: 50-100 g par litre d'eau; laisser macérer 1/2 heure.

CULTURE
Quand ses capitules sont "doubles", la camomille est une jolie petite plante d'ornement, mais comme elle est alors stérile, on la multiplie seulement par éclats de souches, au commencement de l'automne: les tiges couchées sont souvent enracinées à la base et il suffit de les repiquer après les avoir séparées. La camomille préfère les sols siliceux un peu frais et, si possible, bien fumés; une bonne exposition est nécessaire. Veillez à l'ameublissement en surface et à l'absence d'herbes adventices. Pour l'emploi médicinal, semez de préférence la variété à fleurs simples dont le commerce fournit la graine.

© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes