Fiche Produit

 
Cataire
Nepeta cataria
 

Rien d'exceptionnel, à prerruere vue, ne distingue la cataire des autres Labiées des lieux habités. C'est une plante vivace d'odeur forte, à la fois mentholée et fétide, à tiges de 0,40-1 m, quadrangulaires, dressées, ramifiées. Elle porte des feuilles de 3-7 cm, devenant très petites dans l'inflorescence, feuilles opposées, pétiolées, ovales ou ovales-triangulaires, en cœur à la base, fortementcrénelées-dentées, velues-grisâtres en dessous. Les fleurs ont une corolle de 7-10 mm, blanche ponctuée de petits points rouges; en tube à la base, cette corolle s'ouvre en 2 lèvres divergentes, la supérieure plane et courte, l'inférieure bien plus grande, concave, bordée de dents arrondies. Le calice tubulaire, à 15 nervures, s'ouvre, lui en 5 dents fines, aiguës, peu inégales. Les fleurs sont réunies en petites grappes terminales denses, feuillées à la base.
La cataire fleurit de juin à septembre aux abords des lieux habités (décombres, pied des murs, terrains en friche, haies, bord des chemins, etc.), parfois dans les fossés des routes. Sa distribution est inégale: rare ou nulle en certaines régions (montagnes au-dessus de 1 500 m, abords de la Méditerranée, Sologne, etc.), elle peut croître assez communément çà et là (collines, de la HauteProvence à l'Aveyron, Limagne, Normandie, etc.), C'est souvent un vestige d'anciennes cultures médicinales. Une "race chimique" au parfum de mélisse (N. citriodora Beek.) autrefois cultivée, se rencontre très rarement. On récolte les parties aériennes de la cataire le matin, en début de floraison. Voir "mélisse" pour le séchage et la conservation.

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES
La cataire partage avec la valériane le nom populaire d'herbe aux chats. C'est un sobriquet bien mérité: il faut avoir vu un chat humer la plante, se coucher sur elle, l'étreindre dans ses pattes, la mordre, l'arroser d'urine et, parfois, de sperme, pour comprendre qu'elle agit sur les félins comme un aphrodisiaque puissant. Sur l'homme, l'action est moins spectaculaire! - encore que, selon certains auteurs, la racine puisse provoquer un délire furieux. La cataire réunit un peu les vertus de la mélisse et de la ballote, non sans quelques affinités avec la valériane, justement : elle est stimulante, pectorale, antispasmodique, sédative neroeuse. Une essence à la composition complexe est en bonne partie à l'origine des propriétés.
Très peu usitée de nos jours, l'herbe aux chats est pourtant un simple d'une réelle valeur. Outre des usages banals qu'elle partage, en tant que stimulante (digestive surtout), avec beaucoup de Labiées aromatiques, il faut retenir ses très bons effets, voisins de ceux de la ballote et du marrube, dans les catarrhes pulmonaires chroniques, la toux spasmodique, la coqueluche. Elle s'y montre à la fois antispasmodique et expectorante (vin : 1 petit verre 3 à 5 fois par jour; alcoolature : 15 à 20 gouttes 3 à 5 fois par jour dans une infusion pectorale). C'est aussi un sédatif efficace du hoquet et des spasmes gastro-intestinaux (alcoolature : 15 à 20 gouttes 3 à 4 fois par jour dans 1/2 verre d'eau). La cataire, enfin, peut se montrer bénéfique dans des troubles nerveux à manifestations psychiques: neroosisme, insomnie, anxiété (alcoolature comme ci-dessus, loin des repas, 20 jours par mois; dans l'insomnie, 30 à 50 gouttes 1/2 h avant le coucher).
Les feuilles fraîches, mâchées, calmeraient les douleurs dentaires.
MODE D'EMPLOI
La saveur désagréable de la plante rend difficile un emploi prolongé en infusion (celle-ci à 0,5 % ; 3 tasses par jour). D'où l'utilité des préparation alcooliques. Vin : 20 g de sommités sèches, fragmentées, pour 1 litre de vin liquoreux ; laisser macérer 8 jours en agitant chaque jour; filtrer ; sucrer au moment de l'emploi, si nécessaire. Alcoolature , faire macérer 8 jours la plante fraîche, coupée, dans 1 fois 1/2 son poids d'alcool à 95°· ; agiter de temps à autre; passer en pressant et filtrer.
CULTURE
Plante à redécouvrir, la cataire mérite de figurer en bonne place au jardin médicinal. On la multiplie facilement par éclats de pieds, à l'automne, en sols riches, aérés, assez frais. Elle supporte un ombrage léger. On peut aussi semer ses graines minuscules en pépinière, au printemps. Eclaircir à 10 cm et repiquer à l'automne, à 40 cm en tous sens. Une couverture est utile en hiver, saison que la plante passe à l'état de bourgeons souterrains.



Created by Readiris, Copyright IRIS 2005  Created by Readiris, Copyright IRIS 2005
© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes