Fiche Produit

 

Menthe pouliot
Mentha pulegium

 

Le pouliot est l'une des menthes sauvages les plus agréa­blement parfumées ; sa senteur citronnée persiste bien au séchage et son infusion est l'une des plus délicieuses qui soient. Il est intéressant de souligner que le pouliot (ce nom viendrait de son pouvoir de chasser les puces, en latin pulex) était fort bien distingué des menthes par les anciens qui confondaient souvent des plantes moins voisines. Cette herbe était alors très usitée dans les céré­monies. On en faisait des couronnes: la souplesse de ses tiges qui se tressent facilement, l'abondance de ses fleurs dont les bouquets occupent souvent toute la longueur des rameaux, son parfum propitiatoire la destinaient bien à cet usage. En médecine, sa haute réputation ne s'est éteinte que peu à peu après la Renaissance.

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES

Le pouliot (infusion: 1 pincée par tasse d'eau bouillante) possède toutes les vertus des menthes dont je parlerai plus loin, moins accentuées toutefois que celles des plantes cultivées; il se rapproche beaucoup de l'origan par ses effets sur l'appareil respiratoire et les voies diges­tives. C'est un- bon expectorant et un sédatif de la toux que l'on peut mettre à profit dans les bronchites rebelles et la coqueluche. A la fin des repas, une infusion de pou­liot (délicieuse, surtout si l'on y joint du serpolet à part égale) facilite beaucoup la digestion, combat les fermen­tations, les lourdeurs de tête; c'est l'une des meilleures boissons digestives, bénéfique en particulier à ceux qui souffrent d'insuffisance hépatique. Le célèbre Haller (1708-1777) tenait le pouliot en grande estime, spéciale­ment comme emménagogue, et il recommandait le remède suivant dans l'aménorrhée : feuilles de menthe pouliot, une poignée ; limaille de fer rouillée et pulvérisée, 30 g ; vin blanc, 1 litre. Laisser macérer à chaud pendant une nuit ; passer ; un verre matin et soir.

Les vieux médecins (Tragus, Tabemaemontanus) van­taient le pouliot pour "éclaircir la vue", dans les maladies des yeux. L'infusion concentrée de la plante ou, mieux, son suc frais, sont d'un usage populaire contre les taches de rousseur. Le pouvoir insecticide de cette menthe est bien réel ; si on en brûlait autrefois les tiges dans les lieux infestés de puces, si on en glissait des sachets dans les lits, on peut tout aussi bien se servir de l'infusion pour frictionner les animaux domestiques dont le pelage est l'asile d'élection de ces fâcheux parasites.
© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes