Fiche Produit

 
Onopordon
Onopordon acantbtum
 

L'onopordon (de onos, âne, et pordê, pet: "pet d'âne"), commun ou assez commun en sols nitratés, surtout calcaires (bord des chemins, friches, décombres, voisinage des lieux habités), mérite aussi le titre d'ornemental. Bisannuel, de culture facile (on le reproduit de graines récoltées à la maturité; elles sont alors grises maculées de noir), on le plantera par pieds isolés dans un parterre, ou dans une grande rocaille, et de la magnifique rosette blanchâtre de première année montera jusqu'à 2 m une robuste tige ailée portant de gros capitules de fleurs pourpées.
Cette belle plante, appelée aussi chardon à feuilles d'acanthe, herbe aux ânes, a plus d'un usage. Médicinal d'abord: la racine, surtout apéritive et stomachique, aurait les indications des carlines ; on a employé sa décoction dans les maladies vénériennes. A l'extérieur, le suc des feuilles a été utilisé sur les dermatoses d'origine parasitaire et même sur les ulcères, paraît-il avec succès, mais nous manquons de données récentes sur ses effets précis. L'onopordon fait aussi partie des plantes alimentaires sauvages: ses capitules non épanouis se mangent, bouillis, à la façon de l'artichaut dont ils ont à peu près le goût (seul le réceptacle est utilisable car les bractées ne sont nullement charnues !) ; les racines jeunes sont bonnes cuites à l'eau et servies au beurre; on peut aussi manger la côte principale des feuilles jeunes, épluchée et apprêtée comme le cardon.
Les akènes sont une excellente nourriture pour la volaille. Ils renferment 25 % d'huile bonne à brûler, qui ne se fige qu'à - 13 oc. Les Espagnols, autrefois, en raclant légèrement les poils des feuilles, obtenaient, après séchage, une sorte d'amadou qui prend feu très facilement sous le briquet.




Created by Readiris, Copyright IRIS 2005  Created by Readiris, Copyright IRIS 2005
© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes