Fiche Produit

 
Ache
Aptum graoeolens L. OMBELUFÈRES
 

L'ache ou céleri des marais, penn des marais, représente la forme sauvage de notre céleri cultivé, dont les côtes charnues de la variété dulce et les racines bulbeuses de la variétérapaceum apparaissent sur nos tables sous forme de. mets odorants. C'est une plante glabre de 30-60 cm, 'surtout répandue dans les lieux humides et saumâtres de la région maritime, parfois aux alentours des villages ; elle croît souvent en bordure des marais littoraux, en ces lieux aimés des courlis où les joncs maritimes font place peu à peu aux phragmites et aux .saules. Ses fleurs verdâtres en ombelles peu fournies, certaines naissant de l'aisselle d'une feuille, d'autres au sommet des tiges, ses feuilles d'un vert jaunâtre, luisantes, à folioles grossièrement losangiques, lobéesdentées, sa tige lisse, creuse et profondément cannelée, son odeur bien connue, enfin, la différencient des espèces voisines.
RÉCOLTE ET CONSERVATION
Toutes les parties de la plante s'utilisent mais on conserve plutôt la racine. Celle de deuxième année est plus active, on la récolte en dehors des périodes de floraison ; elle garde en séchant son odeur aromatique ainsi que ses propriétés. Les semences se récoltent et s'utilisent comme celles des autres Ombellifères aromatiques (voir "Aneth", "Angélique", "Anis vert", etc.).

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES
• Usage interne

L'ache (plante fraîche entière ou racines sèches), dont les

Romains se couronnaient dans leurs banquets en mêlant ses tiges à celles du myrte, est un simple peu usité de nos jours, éclipsé sans doute par le céleri cultivé qui en dérive. Bonne diurétique et cholagogue, on la prescrivait dans l'insuffisance hépatique, la gravelle, l'oligurie, l' hydro­pisie, les rhumatismes, la goutte - mais seulement quand le rein n'est pas irrité. Comme elle est par ailleurs stimulante

et apéritive, on ne peut que conseiller son emploi aux habitants du littoral qui peuvent la récolter sans peine (sauf bien sûr dans les régions de falaises ou de dunes, sans marais côtiers). Ils obtiendront les meilleurs résultats en utilisant le suc de la plante fraîche, hachée et pressée dans un linge, comme cure saisonnière, à la dose de 1 à 2 verres à liqueur chaque matin. A dose plus forte (100 à 200 g), ce suc est un fébrifuge d'usage éprouvé jadis dans les fièvres intermittentes, que savaient utiliser les paysans pauvres des paluds. Les racines sèches s'emploient en décoction à la dose de 15 à 30- g pour 1 litre d'eau ; 3 tasses par jour. Cette décoction dans du lait fraîchement tiré, prise à jeun, s'employait dans le Nord de la France contre diverses affections pulmonaires chroniques, bron­ chite, asthme humide, ainsi que dans les extinctions de voix.

L'ache entre dans le sirop des cinq racines, vieille préparation diurétique utile dans les rétentions chlorurées quand il n'existe pas d'irritation de l'appareil urinaire. Ce sirop se compose de racines d'ache, d'asperge, de fenouil, de persil et de petit houx, nettoyées et hachées. Prendre 100 g de chacune d'elles et les jeter dans 1 litre 1/2 d'eau bouillante ; laisser infuser 12 heures en remuant de temps à autre puis passer à travers un linge ; refaire l'opération en faisant infuser 3 ou 4 heures-les mêmes racines, cette fois dans 1/2 litre d'eau bouillante; passer et faire cuire lentement avec 1 kilo de sucre en ajoutant peu à peu le premier liquide, jusqu'à consis­tance de sirop. 2 ou 3 cuillerées à soupe par jour .

• Usage externe

Les feuilles fraîches, pilées, s'utilisaient autrefois sur les contusions, les erigorgements laiteux, les ulcères: Il est préférable-d'ébouillanter la plante avant de l'appliquer, après l'avoir bien lavée à l'eau claire. Dans l'engorgement laiteux des seins, suite d'inflammation aiguë, on a parfois utilisé avec succès l'onguent obtenu en faisant bouillir des feuilles d'ache dans du saindoux et appliqué chaud, en cataplasme, après avoir été saupoudré des semences pulvérisées.
AUTRES USAGES
L'ache cultivée, ou céleri, est une plante savoureuse et apéritive, recommandée cuite aux convalescents, mais difficile à digérer crue et même nettement déconseillée aux dyspeptiques. Ses feuilles sont résolutives comme celles de-sa sœur sauvage. mais la culture, en améliorant sa saveur, lui a fait perdre -la plus grande.parne de ses vertus médicinales. Ses graines sont condtmenrajres.
Le suc des feuilles et des tiges d'ache est un colorant vert inoffensif (mais non sans incidences gustatives ... ), utilisable dans la fabrication des pâttsseries, des confiseries et des liqueurs familiales.

 

Created by Readiris, Copyright IRIS 2005  Created by Readiris, Copyright IRIS 2005
© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes