Fiche Produit

 
ALLIAIRE
Alliarta petiolata
 

En dehors de la région méditerranéenne où elle est plutôt rare, on récolte I'alliairë pendant tout le printemps dans les lieux ombragés, les haies, les jardins, où elle élève jusqu'à 1 m sa tige feuillée terminée en brève grappe de petites fleurs blanches vite remplacées par de grêles siliques. C'est une plante vivace à odeur alliacée,
_ surtout au froissement, aux feuilles grossièrement dentées, assez grandes, celles de la base longuement pétiolées et arrondies, celles de la tige triangulaireS (voir "Crucifères" ,
au Lexique).
PROPRIÉTÉS MÉDICINALES
L'alliaire est avant tout antiseptique et détersive; comme
beaucoup de Crucifères, elle est aussi antiscorbutique;
on l'utilise enfin comme expectorante et elle peut se montrer précieuse en ces [ms de printemps parfois mouillées et refroidies où les bronchites n'ont pas encore dit leur dernier mot. On l'utilise seulement à l'état frais car la
dessiccation lui fait perdre ses propriétés .
• Usage interne
La décoction de la plante fraîche est utile dans les bronchites, en infusion à 30-50 g par litre d'eau. On peut lui adjoindre, dans les cas d'enrouement, d'affections du pharynx ou du larynx, le vélar officinal (Sisymbrium officinale [L.] Scop.), autre Crucifère commune dont les propriétés expectorantes sont très voisines et qui, croissant tout l'été, peut lui succéder avantageusement .
• Usage externe
L'alliaire est utilisée depuis longtemps pour le pansement
des plaies infectées, purulentes et même gangréneuses. Simon Pauli (1666) dit "qu'elle résiste à la pourriture, qu'elle déterge et modifie les ulcères putrides et sordides". En cas de nécessité, utiliser le suc frais en pansements renouvelés chaque jour jusqu'à résorption de la plaie. La décoction de plante fraîche peut aussi être utilisée. Le Dr Leclerc en a observé d'excellents résultats dans le traitement des gelures ulcérées : la plante interrompt la suppuration et entraîne une prompte régénération des tissus; L'impétigo ainsi traité peut aussi évoluer
favorablement.
AUTRES USAGES
Tragus (1552) recommande d'employer les graines de
l'alliaire comme celles de la moutarde, et Duchesne (1836) la cite comme assaisonnement des ragoûts. Ses fleurs accompagnent très bien les salades auxquelles elles communiquent leur léger goût d'ail et leurs propriétés antisCorbutiques. Les jeunes feuilles sont aussi très bonnes dans les salades et sur des tartines beurrées.


Created by Readiris, Copyright IRIS 2005  Created by Readiris, Copyright IRIS 2005
© poivrecayenne, les plantes médicinales2005
Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes