Accueil www.poivrecayenne.com
Accueil "les plantes pour la peau"

Index des plantes médicinales

Propriétés des plantes médicinales

ADOUCISSANTS "ANTI-INFLAMMATOIRES"

 

 

Les adoucissants, souvent recommandés aux épidermes sensibles ou irrités, ont une action décongestionnante et anti-inflammatoire.

S'il faut entendre l'inflammation sous le sens précis des pharmacologues modernes, les plantes à propriétés anti-inflarnrnatoires devraient interve­nir de façon vérifiable dans les chaînes métaboli­ques, par exemple en inhibant la prostaglandine synthétase génératrice de PGE 2 • Des flavonoïdes, des saponines, des glycanes spéciaux possèdent une telle activité ce qui justifie la réputation de plusieurs plantes, Souci, Arnica, Bleuet, vérifiée d'ailleurs par des essais chez l'animal et par des résultats obtenus en pratique dermatologique.

Mais puissamment actifs sont aussi les azu­lènes, terpènes fortement insaturés de couleur azurée que l'on retrouve surtout chez les Compo­sées en particulier avec le Millefeuille, la Camo­mille,' la Matricaire. Cette dernière contient en outre du bisabolol fortement antiphlogistique. D'un autre côté, plusieurs mucilages sont « adou­cissants » et cet effet paraît bien exalter le pouvoir anti-inflammatoire de corticoïdes naturels et de synthèse. Pour cette raison sont fréquemment utilisées les fleurs de Mauve, celles de Guimauve, ses feuilles et ses racines, ainsi que plusieurs gommes dans les pays tropicaux de climat sec. C'est ainsi qu'intervient le rhizome de Chiendent riche en fructosannes et le grain immature de Maïs dont on peut préparer des masques pour le visage. De même plusieurs organes frais riches en pectines,

racines de Carotte ou de Gentiane, pommes, oranges et mandarines ont été proposés pour des massages doux. Contre le gonflement des pau­pières, sont conseillés des extraits de Cresson et des eaux de fleurs à azulène : Camomille, Bleuet.

C'est probablement par des saponines et des substances apparentées qu'agissent la Pensée sau­vage, le Sureau et la Douce-amère préconisés à la fois pour réduire l'inflammation et supprimer les dartres. La Réglisse apporte de la glycyrrhizine que l'on utilise directement ou sous la forme simplifiée de l'acide glycyrrhétique. L'action est du type cortisone. .

Les feuilles de Noyer et les sommités fleuries de Bruyère sont conseillées comme antiprurigineux dans le cas de rougeurs avec démangeaisons, ce qui est dû probablement aux polyphénols qu'elles contiennent en abondance. Les arguments en faveur de la Scabieuse et de la Laitue sont moins évidents. Sans que l'on connaisse exactement les principes actifs, les Plantains restent toujours des remèdes facilement disponibles dans les campagnes d'Europe.

Des corps gras d'origine végétale, en particulier des huiles, présentent également une action adoucis­sante, mise à profit pour soigner les peaux délicates et permettre aussi un rasage de près sans pseudofolli­culite, Toute une série d'huiles peut être retenue, en particulier celles de germe de blé, de sésame, d'amande, de ricin, de graine de coton, d'arachide, d'olive, de maïs ainsi que la cire de Jojoba.



© poivrecayenne, les plantes médicinales2007
Dermatologie, Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes