Accueil www.poivrecayenne.com
Accueil "les plantes pour la peau"

Index des plantes médicinales

Propriétés des plantes médicinales

LES PLANTES EN DERMATOLOGIE ET EN COSMÉTOLOGIE CUTANÉE

 

 

La frontière paraissait nette entre les produits à vocation thérapeutique, ayant donc valeur de médicament, et ceux qui se réclament de la Cosmétologie. Selon la définition même du Code de la Santé publique (article L. 511) « on entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des mala.dies humaines ou animales », Depuis la loi du 10 juillet 1975, le chapitre VIII du livre V de ce même Code est consacré aux produits cosmétiques et d'hygiène corporelle. L'article L. 658-1 précise: « sont compris, pour l'application du présent chapitre, comme produits cosmétiques et produits d'hygiène corporelle, toutes les substances ou préparations autres que les médicaments destinées à être mises en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain ou avec les dents et les muqueuses en vue de les nettoyer, de les protéger, de les maintenir en bon état, d'en modifier l'aspect, de les parfumer ou d'en corriger l'odeur ».
Ces définitions conduisent inévitablement à des chevauchements. De nos jours, la Cosmétologie a pris un tour scientifique, du fait d'une recherche fort active. Elle s'articule à la fois aux données de la biologie fondamentale, aux acquisitions de la biochimie animale et végétale, et également aux progrès de la technologie qui est en somme l'art d' accommoder les principes actifs pour en obtenir des effets supérieurs. La Cosmétologie ne se contente donc
plus de traiter en surface, mais s'avise d'actions plus profondes. Forte du sens propre des termes employés par la loi, la Cosmétologie prévient et soigne, sans trop clairement souligner la nature pathologique du désordre, ni celle des principes actifs et des mécanismes en jeu. Apparence et réalité.
S'agirait-il seulement de frivolités coupables comme le souligne ÉRASME dans l' « Éloge de la Folie» : «« N'est-ce pas là le but de ces parures, de res parfums, de ces odeurs et enfin de toutes ces préparations cosmétiques qui servent à embellir, à peindre ou à déguiser
le visage, les yeux, "la peau! »
En fait, kosmos, la parure, l'arrangement c'est aussi l'ordre, le monde dans l'ensemble de sa présentation et de son essence. Bénéficier de la Cosmétologie c'est aussi respecter les autres en leur offrant une parcelle de l'harmonie universelle.

Passent les siècles, reste pour les femmes le désir de plaire et de vivre en belle santé et parfait équilibre. Avec le temps, les hommes aussi deviennent plus attentifs à leur apparence. Pour tous, l'usage des produits cosmétiques apporte ou développe la confiance en soi et l'assurance en société.
L'époque n'est plus où la fantaisie et l'imagination permettaient à tout un chacun de se livrer à des projets et de les réaliser sans contraintes. Du fait d'une importante législation, bien codifiée en
France , la Cosmétologie s'inscrit maintenant parmi les industries de pointe et propose des produits de première qualité. Elle fait appel à des spécialistes, préparés aux diverses qualifications. Elle requiert également des matières premières de haute qualité et des appareillages très modernes.
Depuis quelques années, on voit proposer des traitements associant la prise orale de substances à l'application de préparations cosmétiques traditionnelles. Il s'agit en particulier de l'utilisation de pycnogénols, oligomères de flavanes, de caroténoïdes et de leurs dérivés tels que les' rétinoïdes.
Malgré la large portée des textes réglementaires, cet ouvrage traitera uniquement de la peau sensu stricto à l'exclusion du cuir chevelu, des ongles, des dents et des muqueuses.
Plantes et animaux vivent en équilibre permanent, Les seconds sont tributaires des premières : tout commence par la photosynthèse et se poursuit par des biogenèses variées. Il en naît des substances à valeur alimentaire et à potentialités pharmacologiques, sans oublier les plantes qui agrémentent notre vie et contribuent à notre équilibre psychologique.
Les plantes ont de multiples occasions de rencontre avec notre peau, contribuant à sa nutrition et à la construction de ses cellules, remédiant à ses altérations, proposant des ornements et des attraits nouveaux, aidant aux soins de tous les jours. En revanche, elles provoquent
~ parfois incidents et accidents si la confiance en elles ne se modère pas de prudence.
En Dermatologie et en Cosmétologie, trois axes dominent l'intérêt pour les plantes, Tout d'abord plusieurs de leurs constituants sont voisins de ceux de l'organisme humain. Les corps gras végétaux sont largement mis à profit pour recouvrir la peau d'un film protecteur et constituer une phase non aqueuse, de viscosité suffisante, onctueuse, neutre, non irritante, incapable d'entraîner des lésions, des réactions inflammatoires. Ce sont des huiles et des beurres, ainsi que des fractions insaponifiables aidant à corriger des cicatrices vicieuses et à réduire des chéloïdes.
Les protides végétaux sont honorablement représentés par des acides aminés trouvés par exemple dans le Concombre et chez mainte Labiée. Peut-être les lectines, ou phyto-hérnagglutinines, de nature glycoprotéique, jouent-elles ici encore un rôle spécifique? Quant aux polysaccharides ou glycanes, hauts polymères fréquents chez de nombreuses plantes, leur rôle est avant- tour d'agir comme épaississants et hydratants : gommes et mucilages des Graminées, des Malvacées, du Tilleul, pectines de la pomme - à l'origine des pommades. Des glucides condensés particuliers aident à la cicatrisation et sont anti-inflamrnatoires, ce qui explique en partie la réputation flatteuse de l'Arnica et du Souci.
Une mention particulière est portée à l'actif tJe substances jouant chez les animaux un rôle de médiateurs et retrouvées chez les végétaux où leur rôle reste inconnu, aminophénols d'une part, dont les catécholamines, hormones sexuelles d'autre part ... On connaît aussi l'action œstrogène de racines de nombreuses Légumineuses à isoflavones, des feuilles de Sauge, de la Levure de bière".
Deuxième motif d'intérêt : l'existence de substances hautement spécifiques à activités pharmacologiques fort diverses : tanins, flavonoïdes, saponines, coumarines, terpènes.

Outre leur propriété générale astringente, les tanins possèdent des actions variables selon leur nature exacte, car les travaux modernes montrent une étonnante diversité des structures moléculaires, jusqu'ici insoupçonnées. Flavonoïdes et dérivés flavanniques s'associent également au collagène . et interviennent directement dans l'économie des tissus. Ils bloquent des systèmes enzymatiques, prolongeant par exemple la vie des catécholamines qui règlent le calibre des vaisseaux sanguins.

Agents tensio-actifs doués de propriétés détergentes, les saponines modifient la perméabilité des membranes, favorisent la solubilisation, stimulent certains types de réponses immunitaires et sont même parfois impliquées dans le métabolisme des prostaglandines. De leur côté, les qui nones au puissant pouvoir tinctorial se manifestent parfois comme antibactériennes et antifongiques.
Que dire aussi des huiles essentielles qui contiennent tant de substances diversifiées? A certaines, on reconnaît un effet cicatrisant, à d'autres une action anti-inflarnmatoire, la plupart sont antiseptiques.

Bien entendu, poussées à l'extrême, ces potentialités peuvent faire apparaître un aspect dangereux et c'est un troisième motif d'intérêt. Il s'agit d'actions irritantes, vésicantes, mutagènes, voire cancérogènes, ou allergisantes, que l'on retrouve d'emblée chez les plantes dites dangereuses. Même il faut évoquer simplement les effets agressifs des plantes épineuses ou à feuilles coupantes. Outre les blessures qu'elles provoquent, elle peuvent inoculer poisons. et bactéries pathogènes.

Enfin, disponibles dès les temps les plus reculés, les végétaux ont très tôt servi aux hommes de toutes les civilisations pour peindre et parfumer, traiter blessures et dermites, soigner le corps tout entier.


© poivrecayenne, les plantes médicinales2007
Dermatologie, Aromathérapie, Essence de plantes, huiles essentielles, plantes médicinales, medecine par les plantes